Samedi 18 décembre à 19h00 à Salon58

Dayna Danger / Arts visuels / Tiohtià:ke (Montréal)
Ariane DesLions / Chanson et théâtre jeunesse / Sherbrooke
Stéphane Maddix Albert / Conte / Haute-Gaspésie

Pour plus de détails, consultez la page Facebook de Salon58.


IMPORTANT :

Passeport vaccinal (2 doses reçues plus de 14 jours avant l'événement) et pièce d'identité avec photo demandés pour les personnes de 13 ans et plus. Port du masque obligatoire. Distributrices de gel désinfectant à disposition des artistes et du public.

Si vous avez des questions communiquez avec nous à comm@mandolinehybride.com

________________________________________________

Dayna Danger/ Arts visuels / Tiohtià:ke (Montréal)

Dayna Danger est une personne 2Spirit, Métis – Saulteaux – Polonais·e ayant une pratique orientée vers les arts visuels, la musique (batterie) et le militantisme. Vivant actuellement sur le territoire occupé de Tiohtiá:ke (Montréal), Danger détient une maîtrise en photographie de l'Université Concordia. En utilisant la photo, la sculpture, la performance et la vidéo, Danger crée des œuvres et des environnements qui remettent en question la frontière entre l'empowerment et l'objectivation en revendiquant l'espace. Danger a exposé son travail à l'échelle nationale et internationale dans des lieux tels que Art Gallery of Alberta, Edmonton AB; Urban Shaman, Winnipeg, MB; Art Mur, Berlin; et le New Mexico Museum of Art, Santa Fe et plus récemment au Musée des beaux-arts du Canada. Danger est artiste en résidence dans le cadre de «Initiatives for Indigenous Futures» à AbTeC (Université Concordia) et aussi étudiant·e indépendant·e, poursuivant un doctorat axé sur les pratiques de tannage de son arrière-grand-mère Madeline, à l'Université Concordia.

+++

Ariane DesLions / Chanson et théâtre jeunesse / Sherbrooke

«Fabricoleuse», autrice, compositrice, multi-instrumentiste, chanteuse et travailleuse sociale de formation, Ariane DesLions propulse le personnage de la «Fabricoleuse» dans la vie du jeune public et se démarque rapidement dans le paysage culturel jeunesse francophone du Canada à la France avec plus de 150 représentations données par année avec ses spectacles, albums et livres jeunesse maintes fois récompensés. À travers un coloriage sonore ludique et orchestral, la multi-instrumentiste offre des mots aux enfants et à leurs parents sur des réalités familiales et sociales rarement abordés dans la chanson jeunesse: séparation, immigration, santé mentale, pauvreté, etc. L’originalité de ses instruments de musique inédits fabriqués à partir d’objets recyclés ainsi que le caractère novateur de son approche de pédagogie musicosociale l’amènent à recevoir plusieurs prix et distinctions dans l’industrie de la musique, dont une récente nomination à l’ADISQ (album de l’année - jeunesse 2020) et le Prix Excellence Culture (2019). Elle coordonne également plusieurs projets en médiation culturelle qui rassemblent les milieux scolaire, culturel et communautaire (Québec, Ontario, Saskatchewan, France, Pérou).

+++

Stéphane Maddix Albert / Conte / Haute-Gaspésie

Cueilleur d’histoires et d’algues aussi, Maddix raconte dans son patois, le Chiac (de Moncton, N.-B.), déteindu par les vents de son Gaspé Nord adoptif. Il s’enjoy à explorer et partager la tradition orale acadienne en y ajoutant plein de funky twists qui font bubbler la brain. Des histoires qui fly loin, comme celle about des carottes qui take over le monde, celle du crabe des bois qui chante du country, celle du cochon qui partage son aouène avec son buddy le cheval ou celle des politiciens qui fument des joints en faisant du BBQ.