Il y a du nouveau ! Depuis quelque temps, l’équipe du Comité pour les droits humains en Amérique latine (CDHAL) travaille au développement de la revue de réflexion et d’engagement Caminando. Chaque volume est désormais publié à raison de deux numéros par année et disponible en ligne sur les plateformes Érudit et EBSCO. L’abonnement à la revue sera bientôt possible. 

Le CDHAL lance une campagne de promotion pour vous procurer les plus récents numéros de la revue, tout en devenant membre de l'organisation. 

Être membre du CDHAL est la meilleure façon d’appuyer la mission de l’organisme et d’appuyer les luttes sociales que nous menons au quotidien. De plus, en étant membre, vous êtes invité.e.s à participer activement à la vie démocratique et associative, dont l’assemblée générale annuelle qui aura lieu le 17 juin prochain*. Des informations suivront. 

Voici quelques options offertes pour vous procurer les volumes les plus récents de Caminando, ainsi que le prochain numéro à paraître en octobre 2021. Le prix de livraison des revues est inclus dans les prix mentionnés. Avec ces options, vous deviendrez également membre du CDHAL pour un an ou pourrez renouveler votre adhésion, le cas échéant.  

Les options 

Membership = 15$

Membership + vol. 35, no 1 : = 20$

Membership + vol. 34, no 1 et 2 = 25$

Membership + vol. 35, no 1 et 2 (prévu pour octobre 2021) = 30$


Volume 35, no 1 (février 2021) - Brisons le silence en temps de pandémie 

L’arrivée du virus a plongé le monde entier dans une crise sanitaire sans précédent. Les mesures sanitaires n’ont fait qu’exacerber les inégalités déjà bien présentes, mettant en lumière des crises profondes systématisées par les gouvernements en place, réitérant leurs intérêts coloniaux et capitalistes. Pendant que les autorités obligeaient chacun.e à rester à la maison pour éviter la propagation du virus, les communautés marginalisées ont vu leurs conditions se précariser d’autant plus. Les cas de féminicides et de violence envers les femmes ont été à la hausse, d’autres se voyaient dans l’incapacité de rester à la maison, devant continuer d’aller travailler pour subvenir à leurs besoins: rester à la maison rend leur situation encore plus à risque. 

Cependant, tout en dénonçant ces inégalités, les auteur.e.s, militant.e.s, illustrateurs.rices et poètes de ce numéro s’unissent pour partager à travers ces pages comment les communautés, mouvements de base et organisations se sont organisés sur leur territoire pour faire face à la pandémie. Ces voix s’élèvent pour rappeler que derrière les chiffres et statistiques qui déshumanisent et invisibilisent les corps les plus touchés, il y a une myriade de contextes locaux et autant de vécus dont la souffrance issue de violences structurelles s’accompagne humblement d’une créativité résistante et d’une vivance nourrie par le désir d’une existence humaine signifiante, digne, sous le signe de l’interdépendance entre nous tous et toutes, avec, par et dans la Madre Tierra.

Pour en savoir plus sur ce numéro

Volume 35, no 2 (prévu pour octobre 2021) - Pandémie et luttes pour la vie: perspectives de femmes sur le territoire

Depuis l’avènement de la crise sanitaire de la COVID-19 plusieurs constats socioenvironnementaux émergent, qui affectent de façon inégale les populations à travers la planète. Les femmes dites racisées et autochtones et les enfants sont encore une fois les plus touché.e.s par cette crise, qui met de l’avant la multiplicité des crises systémiques. L’appauvrissement, la précarisation, les abus physiques et psychologiques, l’invisibilisation sont autant de violences faites aux femmes qui n’ont fait que croître depuis l’avènement du virus. La solidarité et la lutte pour la justice sociale prennent d’autant plus leur sens face à ces horreurs.

Face à cette crise sanitaire inscrite dans une crise globale de la vie, les femmes sont au front pour la protection de toutes les formes de vie dans leur lutte pour la défense de la Terre Mère (Pacha Mama). Pour elles, la lutte pour la vie, pour la souveraineté et l’autodétermination sont indissociables de la lutte pour le territoire. Ces femmes, leaders militantes et communautaires continuent leur luttes ancrées par des pratiques issues de cosmovisions riches et mutualistes. À travers les obstacles, nouveaux et anciens, elles se positionnent contre la prédation sous toutes ses formes: la prédation colonialiste et raciste des élites dirigeantes et de leurs politiques, prédation impérialiste et extractiviste du capital qui viole le territoire, source de vie des vivants, humains et non-humains, et cause première de la crise de la biodiversité que nous vivons.

Volume 34 - Causes structurelles des migrations

Les deux numéros du volume 34 portent sur les causes structurelles des migrations, s’inscrivant dans les outils d’éducation liés à un projet d’éducation populaire plus vaste porté par le CDHAL, le Centre des travailleurs et travailleuses immigrant·e·s (CTI) et Solidarité Laurentides Amérique centrale (SLAM). Ce projet vise à construire, avec des travailleuses et travailleurs provenant d’Amérique centrale et du Mexique, une analyse collective des causes structurelles des migrations.

Alors que les textes du premier numéro, Exodes et migrations forcées,  (décembre 2019) mettent en lumière l’arbitraire et la violence des frontières, en nous invitant à examiner notre responsabilité collective ici, au Canada, dans les migrations forcées, c’est-à-dire la façon dont nos politiques étrangères et économiques, de même que les agissements des entreprises canadiennes, contribuent à générer ou à perpétuer les mécanismes d’appauvrissement, de pillage, de corruption et de violence qui ont conduit aux exodes massifs des dernières années. Le deuxième numéroMigrations: du travail invisible à la dignité (juin 2020), quant à lui, partage des réflexions et analyses sur les parcours migratoires et les luttes pour exiger la reconnaissance du travail invisible, ainsi que des conditions de vie et de travail dignes et justes des personnes migrantes.

Visitez le site de Caminando pour plus de détails sur les derniers numéros de la revue!

*Pour les personnes qui deviennent membre pour la première fois, pour avoir le droit de vote lors de l’assemblée générale annuelle (AGA) du 17 juin prochain, l’adhésion doit être effectuée avant le 17 mai, soit un mois avant l’AGA. 

Devenez membre du CDHAL en vous procurant la revue Caminando!

par Comité pour les droits humains en Amérique latine

logo

Il y a du nouveau ! Depuis quelque temps, l’équipe du Comité pour les droits humains en Amérique latine (CDHAL) travaille au développement de la revue de réflexion et d’engagement Caminando. Chaque volume est désormais publié à raison de deux numéros par année et disponible en ligne sur les plateformes Érudit et EBSCO. L’abonnement à la revue sera bientôt possible. 

Le CDHAL lance une campagne de promotion pour vous procurer les plus récents numéros de la revue, tout en devenant membre de l'organisation. 

Être membre du CDHAL est la meilleure façon d’appuyer la mission de l’organisme et d’appuyer les luttes sociales que nous menons au quotidien. De plus, en étant membre, vous êtes invité.e.s à participer activement à la vie démocratique et associative, dont l’assemblée générale annuelle qui aura lieu le 17 juin prochain*. Des informations suivront. 

Voici quelques options offertes pour vous procurer les volumes les plus récents de Caminando, ainsi que le prochain numéro à paraître en octobre 2021. Le prix de livraison des revues est inclus dans les prix mentionnés. Avec ces options, vous deviendrez également membre du CDHAL pour un an ou pourrez renouveler votre adhésion, le cas échéant.  

Les options 

Membership = 15$

Membership + vol. 35, no 1 : = 20$

Membership + vol. 34, no 1 et 2 = 25$

Membership + vol. 35, no 1 et 2 (prévu pour octobre 2021) = 30$


Volume 35, no 1 (février 2021) - Brisons le silence en temps de pandémie 

L’arrivée du virus a plongé le monde entier dans une crise sanitaire sans précédent. Les mesures sanitaires n’ont fait qu’exacerber les inégalités déjà bien présentes, mettant en lumière des crises profondes systématisées par les gouvernements en place, réitérant leurs intérêts coloniaux et capitalistes. Pendant que les autorités obligeaient chacun.e à rester à la maison pour éviter la propagation du virus, les communautés marginalisées ont vu leurs conditions se précariser d’autant plus. Les cas de féminicides et de violence envers les femmes ont été à la hausse, d’autres se voyaient dans l’incapacité de rester à la maison, devant continuer d’aller travailler pour subvenir à leurs besoins: rester à la maison rend leur situation encore plus à risque. 

Cependant, tout en dénonçant ces inégalités, les auteur.e.s, militant.e.s, illustrateurs.rices et poètes de ce numéro s’unissent pour partager à travers ces pages comment les communautés, mouvements de base et organisations se sont organisés sur leur territoire pour faire face à la pandémie. Ces voix s’élèvent pour rappeler que derrière les chiffres et statistiques qui déshumanisent et invisibilisent les corps les plus touchés, il y a une myriade de contextes locaux et autant de vécus dont la souffrance issue de violences structurelles s’accompagne humblement d’une créativité résistante et d’une vivance nourrie par le désir d’une existence humaine signifiante, digne, sous le signe de l’interdépendance entre nous tous et toutes, avec, par et dans la Madre Tierra.

Pour en savoir plus sur ce numéro

Volume 35, no 2 (prévu pour octobre 2021) - Pandémie et luttes pour la vie: perspectives de femmes sur le territoire

Depuis l’avènement de la crise sanitaire de la COVID-19 plusieurs constats socioenvironnementaux émergent, qui affectent de façon inégale les populations à travers la planète. Les femmes dites racisées et autochtones et les enfants sont encore une fois les plus touché.e.s par cette crise, qui met de l’avant la multiplicité des crises systémiques. L’appauvrissement, la précarisation, les abus physiques et psychologiques, l’invisibilisation sont autant de violences faites aux femmes qui n’ont fait que croître depuis l’avènement du virus. La solidarité et la lutte pour la justice sociale prennent d’autant plus leur sens face à ces horreurs.

Face à cette crise sanitaire inscrite dans une crise globale de la vie, les femmes sont au front pour la protection de toutes les formes de vie dans leur lutte pour la défense de la Terre Mère (Pacha Mama). Pour elles, la lutte pour la vie, pour la souveraineté et l’autodétermination sont indissociables de la lutte pour le territoire. Ces femmes, leaders militantes et communautaires continuent leur luttes ancrées par des pratiques issues de cosmovisions riches et mutualistes. À travers les obstacles, nouveaux et anciens, elles se positionnent contre la prédation sous toutes ses formes: la prédation colonialiste et raciste des élites dirigeantes et de leurs politiques, prédation impérialiste et extractiviste du capital qui viole le territoire, source de vie des vivants, humains et non-humains, et cause première de la crise de la biodiversité que nous vivons.

Volume 34 - Causes structurelles des migrations

Les deux numéros du volume 34 portent sur les causes structurelles des migrations, s’inscrivant dans les outils d’éducation liés à un projet d’éducation populaire plus vaste porté par le CDHAL, le Centre des travailleurs et travailleuses immigrant·e·s (CTI) et Solidarité Laurentides Amérique centrale (SLAM). Ce projet vise à construire, avec des travailleuses et travailleurs provenant d’Amérique centrale et du Mexique, une analyse collective des causes structurelles des migrations.

Alors que les textes du premier numéro, Exodes et migrations forcées,  (décembre 2019) mettent en lumière l’arbitraire et la violence des frontières, en nous invitant à examiner notre responsabilité collective ici, au Canada, dans les migrations forcées, c’est-à-dire la façon dont nos politiques étrangères et économiques, de même que les agissements des entreprises canadiennes, contribuent à générer ou à perpétuer les mécanismes d’appauvrissement, de pillage, de corruption et de violence qui ont conduit aux exodes massifs des dernières années. Le deuxième numéroMigrations: du travail invisible à la dignité (juin 2020), quant à lui, partage des réflexions et analyses sur les parcours migratoires et les luttes pour exiger la reconnaissance du travail invisible, ainsi que des conditions de vie et de travail dignes et justes des personnes migrantes.

Visitez le site de Caminando pour plus de détails sur les derniers numéros de la revue!

*Pour les personnes qui deviennent membre pour la première fois, pour avoir le droit de vote lors de l’assemblée générale annuelle (AGA) du 17 juin prochain, l’adhésion doit être effectuée avant le 17 mai, soit un mois avant l’AGA. 

Partager l'évènement

Simplyk logo black
Simplyk logo text

Nous utilisons Simplyk, la seule billetterie pour OBNL qui nous remet 100% des paiements. Une contribution pour les soutenir vous sera suggérée à la confirmation.


Membership

Devenir membre ou renouveler une adhésion pour un an

15,00 $

0


Membership + Caminando, vol. 35, no 1

Brisons le silence en temps de pandémie (vol. 35, no 1) paru en février 2021

20,00 $

0


Membership + Caminando vol. 35, no 1 et 2

Brisons le silence en temps de pandémie (vol. 35, no 1) paru en février 2021 et Pandémie et luttes pour la vie: perspectives de femmes sur le territoire (vol. 35, no 2), prévu pour octobre 2021

30,00 $

0


Membership + Caminando vol. 34, no 1 et 2

Exodes et migrations forcées (vol. 34, no 1) paru en décembre 2019 et Migrations: du travail invisible à la dignité (vol. 34, no 2) paru en juin 2020

25,00 $

0


Ajouter un don pour Comité pour les droits humains en Amérique latine

$


Informations sur l'acheteur
Canada (CA)

Quebec (QC)


Récapitulatif
Commande
0,00 $