Choc titanesque entre la clarinette et le violon, délicate fusion de la derbouka et la grosse caisse, ramonage de conduits auditifs par les trombones et l’euphonium, affrontements syncopés entre l’accordéon et le banjo, habile alliance de trompettes, le tout entremêlé de voix extraordinaires, de chorégraphies fantaisistes et orchestré par l’effarant sousaphone qui aura toujours le dernier mot, cette joyeuse bande bariolée a le don de créer un lien direct, convivial et humoristique avec les spectateurs