Être trans en Estrie, ce n’est pas toujours facile. C’est encore et toujours se perdre dans un labyrinthe de services pour avoir accès à des soins de santé, se heurter au manque d’inclusion de beaucoup d’institutions et devoir se battre quotidiennement pour faire reconnaître son identité.

Malgré tout, la communauté trans à Sherbrooke devient de plus en plus forte et visible, depuis que des personnes trans et non-binaires de la région se sont regroupées en 2016 pour fonder le Groupe d’action trans de l’UdeS, puis TransEstrie en 2019. À preuve, il y a quatre ans, lors de la première veillée aux chandelles devant l’Hôtel de Ville de Sherbrooke pour commémorer le jour du Souvenir trans, 8 personnes étaient présentes. L’année dernière, nous étions 40 personnes rassemblées pour rendre hommage aux personnes trans assassinées durant l’année, en majorité des femmes trans noires, autochtones et de couleur. 

Depuis 2017, nous avons distribué plus de 250 articles d’affirmation du genre comme des binders, des prothèses mammaires, des packers et des gaffs. Nous avons tenu des dizaines et des dizaines de rencontres d’un groupe de discussion pour les jeunes personnes trans et non-binaires, et plus récemment, de groupes pour les adultes trans et de groupes pour les proches de personnes trans. C’est sans compter les interventions individuelles, les centaines de dollars versés en bourses pour payer les changements de nom et de mention de sexe, le prêt de livres, la distribution de cartes d’épiceries et encore plus. On parle de centaines de personnes trans entre 7 et 70 ans qui ont été aidées ces dernières années. 

TransEstrie ne reçoit aucun financement récurrent pour permettre sa survie et couvrir les dépenses courantes de l’organisme. Cela veut dire que quoique certains de nos projets soient financés par le gouvernement, nous dépendons entièrement de dons pour offrir tous les services de base énumérés ci-haut. L’organisme vient d’ailleurs de louer un local au centre-ville dans le but d’aider de façon plus efficace la communauté de l’Estrie, et ce, dans un milieu sécuritaire. Or, notre capacité à payer ce loyer dépend aussi de vos dons.

Pour poursuivre tout ce que nous faisons, nous avons besoin de votre aide ! Aucun don n’est trop petit. Voici des exemples de ce que chaque montant nous permet d’obtenir :

3 $ Achat d’un jeton d’autobus permettant à un.e jeune de se rendre à une rencontre de notre groupe de discussion

15 $ Achat d’un packer ou d’un gaff pour notre ressource de distribution d’articles d’affirmation du genre

30 $ Achat d’un binder pour notre ressource de distribution d’articles d’affirmation du genre

50 $ Intervention individuelle auprès d’une personne trans ou non-binaire en éprouvant le besoin

100 $ Carte d’épicerie pour une personne ayant perdu son emploi après avoir fait son coming-out

140 $ Bourse permettant à une personne de payer sa demande de changement de nom ou de mention de sexe

Les demandes de service ne cessent d’augmenter et les projets à développer ne manquent pas, alors tout don compte

4 023,00 $

sur 20 000,00 $